SEF LIBAN

Service de l'enfant au foyer

TEMOIGNAGES

Quand “le silence est d’or…” La parole au SEF devient transformatrice et créatrice. Briser le silence pour se réinventer, et se décharger de toute émotion qui bloque toute libération.

Vous trouverez ci-dessous, le Journal de trois Femmes qui ont été hébergées au SEF et qui ont voulu briser le silence et raconter leur histoire…. Ces trois femmes ne sont pas seules à être victimes de violence conjugale au Liban!! Nombreuses sont ces femmes qui vivent des expériences qui les fragilisent. Chacune son histoire, chacune son vécu, un quotidien difficile à gérer…

Le Chemin Vers La Libération Consciente (Partie 1)

Mon histoire a débuté avec la rencontre et le choix de mon conjoint. Certainement mon âme est allée fouiller loin dans mon enfance pour trouver un déjà vécu et le reprendre dans un cercle vicieux. Je ne vais pas rentrer dans les détails de ce vécu mais il va être reflété dans ma problématique actuelle. Un rendez-vous a été fixé entre mon conjoint et moi à travers un ami commun. Dès que nous l’avons vu il était déjà en colère à cause de notre retard. Un premier indice qui m’a fait tressaillir et pourtant… Lorsqu’il m’a remarqué il s’est transformé en homme très galant et gentil. ça y ait c’est ce dont j’avais besoin. Deux mois se sont passés, des rendez-vous romantiques, exhibition des exploits de sa vie bien importants mais aussi des tas de problèmes vécus à cause d’un caractère très difficile et dont l’influence est très manifeste sur sa vie actuelle. Et encore des tas de problèmes non révélés dont j’ai eu connaissance bien après le mariage. Un alcoolisme évident qui mène souvent à un état d’ivrogne insupportable, a commencé à se manifester, et un changement de tempérament aussi important et pourtant je fonçais dans la relation. Le mariage eu lieu après deux mois. Il n’était pas en bon terme avec sa famille. Seul un cousin à lui avec qui il avait entamé un business a été témoin au mariage. En outre toute ma famille était présente. Bien que j’avais un haut niveau d’éducation je n’étais pas capable de bien l’investir et d’aboutir à mes aspirations. J’étais conduite à vivre une ancienne problématique qui a besoin d’être résolue et dont le vécu actuel essaie de résoudre. En fait le développement de l’intellectuel dépend vraiment d’une vie affective bien épanouie. Pour connaitre la suite de mon chemin suivez mon journal hebdomadaire.


Le Chemin Vers La Libération Consciente (Partie 2)

….La soirée de noce s’est bien déroulée… Seul un proche à moi, après le départ des invités s’était rendu compte du comportement un peu bizarre de mon mari. Il nous a conduit à la maison et est resté avec nous un bon moment pour s’assurer que je n’étais pas en danger. Puis nous quitta en m’exprimant son extrême désolation de la situation où je m’étais conduite. Le jour qui suit une affreuse soirée d’alcoolisme, tu as la paix chère épouse. Tu nettoies et tu prépares pour le réveil calme de ton mari. Ainsi, j’ai survécu des jours et des nuits, tantôt avec des espoirs et des spéculations pour l’avenir, tantôt avec des écrasements inouïs. La seule constante consolation était en train de pousser dans mon ventre. Je l’attendais avec un amour tendre. Mais est-ce que c’était suffisant pour un fœtus qui aimerait écouter les douces conversations de ses parents et dormir dans le calme!! Parfois son père jouait au piano une musique très sensationnelle, mais la musique rude du ton de sa voix (les cris, les injures…) durait des soirées entières…


Le Chemin Vers La Libération Consciente (Partie 3)

[… ] Il a fallu que mon premier bébé ait un frère pour qu’il ne reste pas seul dans la vie. Celui-ci était encore bébé quand la violence physique a commencé à se révéler. La violence psychique nous avait tout le temps envahis mes enfants et moi. Pour mettre fin à cette violence, j’ai pris la décision de quitter la maison. J’ai bien quitté mais le cordon n’était pas encore coupé. Pendant au moins cinq ans je m’obligeais à m’occuper de mon mari parce qu’il n’avait d’autre soutien que moi. Il me manipulait tant qu’il pouvait et ses problèmes étaient sans fin. Je me suis mise à résoudre ses problèmes et j’ai oublié de vivre. Tant mon vécu dépendait de ce qu’il faisait et de ce qu’il pensait et d’une violence psychique constante je n’arrivais pas à me délivrer ni à respirer. Des nombreuses tentations de le faire n’ont abouti à rien. Encore une fois Il fallait prendre une décision de séparation.


Le Chemin Vers La Libération Consciente (Partie 4)

J’ai changé mon adresse et j’ai coupé le lien avec mon mari pour trois mois. C’était une période de relaxation pour mes enfants et moi. A force de nous chercher et de supplier, j’ai accepté de le laisser voir les enfants chaque deux semaines. La coïncidence ou peut être l’inconscience a fait que notre demeure soit proche de la sienne et il voulait voir les enfants tous les jours. Son tempérament n’avait bien sûre pas changé. La loi n’a pas été d’un grand secours non plus. Les enfants ont commencé à se perturber et ça menait à des troubles psychiques sérieux. Dans cette période de confusion j’ai connu le S.E.F. Ma demande a été acceptée et c’était la chance de ma vie. J’étais hébergée au centre, installée avec mes enfants dans un cadre sécurisé, bien organisé et répondant à tous nos besoins quotidiens. Une première période de stabilisation et de reprise de soi s’est établie dans une ambiance tout à fait professionnelle et familiale. Et cela pour commencer à bâtir un projet de vie bien convenant à notre situation. Pour le moment j’ai fait un grand pas vers la libération intérieure de toute influence extérieure et de toute culpabilité culminante, et je suis en train de bâtir mon projet de vie. Je suis tellement à l’aise dans ma situation surtout que j’ai certainement sauvé mes enfants d’un état de confusion et de danger qui aurait pu altérer leur avenir. Un grand merci au S.E.F et à chaque personne qui y travaille et qui supporte cette association. Et à toutes les autres familles qui sont au S.E.F et qui ont été un support à moi. Je peux dire que c’est un travail magnifique que les responsables au S.E.F sont en train d’accomplir, il va en sortir des choses extraordinaires des femmes qui sortent d’elles-mêmes, cassent les limites et s’épanouissent éperdument…..


Le chemin vers la libération consciente (5ème partie):

Durant la première période d’intégration au S.E.F, nous avons été soutenus par toute l’équipe (assistantes sociales, éducatrices, psychologue etc..), c’était l’adaptation à la vie du centre, à un programme déterminé pour pouvoir gérer nos agitations intérieures et notre fatigue physique. Il y avait un suivi médical aussi bien que psychique et social. Des activités diverses (ateliers de cuisine, travaux manuels, activités d’éveil éducatifs, des sorties etc…) ont été élaborées et qui nous ont permis d’acquérir une certaine force intérieure et savoir gérer notre temps. Les enfants ainsi encadrés ont évolué petit à petit et ont commencé à abandonner leurs peurs et à se bâtir une personnalité saine. Moi aussi j’ai acquis cette force intérieure pour pouvoir mettre les bonnes limites et pouvoir penser à ma vie et à celle de mes enfants. La dé victimisation a été travaillée en groupe et individuellement. Ce travail m’a permis de prendre conscience de ma situation de victime, de pouvoir admettre que cette situation est malsaine et surtout de pouvoir prendre la décision de s’en débarrasser. Aussi bien la prise de conscience d’étapes antérieures influençant cette situation a été d’une grande aide. Tout ce cadre qui m’a procuré un sentiment de sécurité et une opportunité de sortir de la prison où j’étais m’a permis d’exprimer tous mes sentiments par l’écriture, de donner libre cours à tout ce qui bouillonne à l’intérieur de moi et de libérer mon inhibition intellectuelle. J’ai retrouvé en moi l’ambition de la petite fille qui a été capturée depuis longtemps. Ainsi j’ai commencé à suivre des sessions de formation qui renforcent mes capacités de reprendre une vie professionnelle efficace. La gymnastique aussi me procure un défoulement important. Ma relation avec mes enfants a aussi progressé. Il s’agit de pouvoir leur procurer le sentiment d’être toujours soutenus par leur mère, les aider à gérer leurs conflits et à établir une autorité saine et nécessaire à leur développement. Ils ont suivi aussi un programme qui leur permet de découvrir leur corps et de savoir le protéger de tout danger extérieur.


Le chemin vers la libération consciente (6ème partie)

Un bilan d’évaluation est exécuté à chaque étape du séjour au S.E.F. On évalue toujours le chemin vers l’acquisition des objectifs. Une amélioration continue est travaillée ainsi que le passage à d’autres objectifs pour aboutir à l’objectif final du projet de vie. Dans une deuxième étape nous travaillons le processus d’autonomisation. Chaque maman gère un budget indépendant. Elle prépare les repas de ses enfants et organise leurs sorties. Tout en continuant des sessions de formation nous nous apprêtons à entrer dans la vie professionnelle. Une des dames séjournant au S.E.F vient d’acquérir son diplôme de coiffure. Elle a découvert et amélioré son talent et elle est prête à travailler. En ce qui me concerne, ayant possédé des ressources importantes dans le domaine des formations et de la force psychique, je cherche un emploi adéquat à ma situation. J’ai aussi d’autres intérêts dans le domaine de l’informatique et d’ateliers manuels qui pourront être des emplois parallèles pour moi. Je ne rate pas les moments passés avec mes enfants pour discuter de leurs difficultés et découvrir leurs intérêts et les travailler ensemble. Ils viennent de terminer leur année scolaire et s’apprêtent à des vacances chargées d’activités.